AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 A Night For The Queen.

Aller en bas 
AuteurMessage
Godric
Fondateur || Vampire || Bras droit du Roi de Louisiane
avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 23/08/2010

Feuille de personnage
Points:
0/0  (0/0)
Effets Personnel:

MessageSujet: A Night For The Queen.    Mer 8 Sep - 1:06

J’étais arrivé au sommet du Capitole de Bâton-Rouge, j’attendais quelqu’un, une jeune femme qui allait se joindre à moi d’ici peu. Sa missive, qu’elle m’avait envoyée quelques jours plus tôt, alors que j’étais à Shreveport, était arrivée lorsque j’avais pour activité de surveiller les faits et gestes de mon enfant. Eric Northman, qui ne savait pas si j’étais encore de ce monde. Je ne m’étais pas nourrit depuis plus d’un mois, et mon envie de liquide rouge coulant à flot dans les veines d’une femme se faisait ressentir. La vue des belles jeunes filles qui dansaient sur la scène ne me fit aucun effet, je n’étais pas disposé à penser à cette activité ce jour là. Eric ne faisait rien d’intéressant et de mon perchoir j’apercevais les aller et retour des clients, sur le parking. Un appel téléphonique me fit sursauter. Je cherchais donc mon portable dans la poche de ma longue veste noir. La sonnerie fit tendre l’oreille à Eric, il était à l’affut, et je dus parler à voix basse, un humain ne m’aurait entendu. C’était Judith au bout du fil. Sa voix coulait dans ma tête comme une rivière dans son lit. Je sentais sa nervosité mais elle était heureuse de m’avoir à ses côtés. Elle m’avertit que quelqu’un allait arriver dans les minutes qui suivaient, me remettre une enveloppe. Je hochais la tête sans donner de réponse à vive voix. Je raccrochai. Un homme de la quarantaine, un humain, sortit d’une voiture qui était garé depuis un moment sur le parking. Il avait une enveloppe blanche dans la main qu’il déposa sous la voiture. Il remonta dans son bolide et partit d’où il était arrivé. La lettre était restée dessus. Cette nuit là, je portais un simple pantalon en lin et un t-shirt de la même matière, tous les deux noirs. Je m’étais couvert d’un manteau en fourrure noir qui n’avait pas de capuche mais qui m’arrivait aux chevilles. Je l’a remplaçais par un long habit large avec une capuche. Je l’avais emprunté à un boxeur, lorsqu’il l’avait quitté pour aller combattre. Elle m’allait comme un gant malgré ma petite taille. Je descendais de mon perchoir à l’allure d’un vampire de deux milles ans. Attrapant l’enveloppe en vol, je retournais où j’étais installé quelques secondes auparavant. Mon portable sonna de nouveau, je décrochais immédiatement pour ne pas attirer l’attention. C’était une fois de plus Judith, elle voulait s’assurer que je l’avais bien prise. Je l’a rassura sans attendre pour entendre un soufflement de soulagement. Je ne raccrochais pas comme elle pouvait s’y attendre, elle me demanda alors ce que je voulais d’autre.


- J’ouvre la lettre si tu veux bien. Un sourire s'immisça sur mes lèvres pourpres.


La lettre était simple, elle m’exigeait de me rendre sur le toit du Capitole de Bâton-Rouge. Je me posais certaine question. Tout d’abord, pourquoi ce lieu. Mais je n’y en fis pas part. Elle ne m’aurait répondu. La seule chose que je réussis à dire c’était « Bien » dans une langue ancienne. J’étais obnubilé par la vue d’Eric. Il était si paisible mais si triste, je le sentais en moi. Au fond de moi je savais qu’il sentait que j’étais encore en vie, ou du moins, autant en vie que peut l’être un vampire. J’avais tout de même une dent contre lui, il avait sacrifié la vie de cinq jeunes femmes pour me redonner la vie. Il était égoïste, et je le savais. Les seules personnes qui comptaient à son cœur étaient tout simplement Sookie Stackhouse, que je protégeais jalousement et Moi, Godric, son créateur. Il ferait tout pour nous deux, même se tuer ou sacrifier son grade de Roi. En ce moment il ne remplissait pas son rôle correctement, il restait longtemps à contempler une peinture que Pourbus avait faite de nous. Il était songeur et ce n’était pas correct pour les affaires, il le savait. Il avait heureusement Pamela et Sookie pour le remettre dans le droit chemin.

J’entendais du bruit venant des quelques arbres qui avaient poussé non loin du Capitole. Je reconnus tout de suite la lueur qui entourait chaque vampire, sa chevelure toujours bien coiffé, et son visage pâle avec ses lèvres ensanglanté.

_________________

Eric
- Please. Please. Please. Godric.

Godric - Fader. Broder. Son. Let me go.
[center]
[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://communaute-du-sud.forumgratuit.org
Sophie-Anne LeClerq
Admin || Vampire || Sherif de la première zone
avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 07/09/2010

Feuille de personnage
Points:
0/0  (0/0)
Effets Personnel:

MessageSujet: Re: A Night For The Queen.    Dim 12 Sep - 13:21

Je me tenais devant mon bureau en bois massif, écrivant sur une feuille blanche. La feuille était adressée à Godric, qui avait ressuscité grâce à son enfant, Eric. Isabel, son autre progéniture, n’était pas encore au courant. Il voulait garder cette résurrection secrète pour ne pas mettre en chasse toutes les autres sorcières et Wiccans. Je ne savais pas quoi lui écrire. Du moins, je ne savais pas comment lui écrire. J’étais Reine de Louisiane et lui qu’un Shérif. J’étais donc plus haut dans la hiérarchie que lui, mais maintenant je n’étais qu’un vampire passé pour morte de mille ans, alors que lui était un vampire passé pour mort de deux milles ans. Il était bien plus puissant que moi, et même ses deux progénitures étaient aussi vieux. Je décidais tout de même de lui écrire d’un autre autoritaire en lui ordonnant de venir sur le Capitole de Bâton-Rouge. Personne ne viendrait nous déranger ici, surtout pas un vampire. Lorsque j’eus écrit les quelques mots, je me levai de ma chaise et alla dans mes placards pour trouver une robe adéquate afin de suivre le trajet de la lettre.

Je trouvais mon bonheur après quelques minutes à sortir mes affaires du placard étroit de ma chambre de motel. J’étais contente qu’une poignée d’humain ne me reconnaisse pas quand je n’étais ni coiffé, ni maquillé. J’enfilai la robe à la quatrième vitesse, prit le bout de papier sur la table et sortit de ma prison aussi vite que je le pus. Quand je fus arrivé à ma voiture, j’ouvris la portière et m’installa confortablement, c’était le seul bien que j’avais et qui valait de la valeur. Sans compter Hadley, qui était quasiment tout le temps collée à moi. J’embrayais, mis les première, et commençais à rouler sur le goudron encore chaud de la journée. Je n’étais pas très loin du Fangtasia et je savais que je trouverai Godric perché sur un toit à contempler sa progéniture. Eric Northman. Il était bien là où je l’avais dit, sur un immeuble qui se trouvait à cinq cent mètres du Bar à Vampire. Prenant soins de me couvrir le visage, je demandais à un homme de venir dans la voiture, je lui remis la lettre en lui ordonnant de la poser sous la voiture rouge, au milieu du parking. Il s’exécuta contre deux cents dollars. Godric me rembourserais. Ma fortune que j’avais récoltée en étant Reine était intacte mais je n’avais plus aucuns revenus, donc je devais bien faire attention à mes dépenses.

Je vis passé une lueur noir sur le parking, en quelques secondes, la lettre avait disparut.

Je me trouvais dans la forêt qui bordait le Capitole de Bâton-Rouge. J’attendais Godric en décidant de me nourrir d’un garde qui gardait la porte gigantesque du bâtiment. Il était arrivé peut-après que j’eus capturé ma proie, je n’avais pas eu le temps de le vider alors je décidais de l’hypnotiser pour lui faire oublier ce qu’il venait de passé. Ma bouche était remplie de sang mais j’avais fait attention de ne pas en mettre sur ma robe de satin écrue. En quelques secondes, je fus sur le toit, aux côtés du vampire âgé de deux millénaires.

_________________
<br>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
A Night For The Queen.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: || La Louisiane || :: || Bâton-Rouge ||-
Sauter vers: